L'assassinat d'Henri IV, Jean-Christian Petitfils

Publié le par guenièvre

Henri IV           Synopsis: Le 14 mai 1610, le carrosse découvert, où Henri IV a pris place avec ses principaux gentilshommes, quitte le Louvre et roule dans Paris qui s'apprête à fêter la reine Marie de Médicis, couronnée la veille. Il est arrêté rue de la Ferronnerie par un embarras de charrettes. Aussitôt un étrange rôdeur, habillé à la flamande et armé d'un couteau, saute sur la roue du véhicule et poignarde mortellement le roi. L'homme immédiatement appréhendé - un nommé Ravaillac, d'Angoulême - déclare, même sous la torture, qu'il a agi sans complice, uniquement pour punir le monarque de vouloir faire la guerre aux puissances catholiques et au pape. Qui est-il ? Un fanatique un déséquilibré, un " fou de Dieu " ou un fou tout court ? Cet halluciné a-t-il été manipulé par de puissants ennemis du roi, français ou étrangers ? Y a-t-il eu d'autres tueurs ? Reprenant l'ensemble du dossier, Jean-Christian Petitfils propose une piste nouvelle, étayée par un faisceau d'indices troublants. Son livre, véritable enquête policière, est une contribution majeure à la compréhension de l'une des grandes énigmes de l'histoire de France, dont les conséquences politiques et religieuses ont été considérables.  

 

           Mon avis : Ce livre m’a été recommandé par mon professeur d’histoire géographie, dans le cadre des recherches concernant mon TPE, sur un tableau de Rubens de la commande Marie de Médicis. Cette lecture était donc plus ou moins… imposée.

  Pleine d’espoir d’avoir un travail mâché qui me livrerai des tas d’informations sans trop de mal, je me suis donc lancée. Au début j’ai été déçue par le manque d’aspect ludique. Je suis loin d’être une spécialiste de cette période historique. Plutôt que de la découvrir en douceur, j’ai été prise par une avalanche de faits, dates et personnages inconnus, qui m’ont laissée complètement perdue… Malgré une forme assez abordable, ce livre s’adresse donc plutôt à des personnes ayant une certaine connaissance de base du contexte historique. Puis, au deuxième tiers du livre, j’ai réussi à remettre un peu d’ordre dans mes idées (surtout lorsque le passage sur le contexte international s’est fini), et à mieux comprendre ce que je lisais. C’est à ce moment que j’ai commencé à prendre un peu de plaisir à cette lecture.

 Vu la couverture, je m’attendais à une histoire légèrement romancée, bien que fondée sur quantité de sources (étant donné la renommée de l’auteur). Très vite, j’ai été détrompée : il s’agit d’un exposé de faits, étayé par de nombreuses citations de documents d’époque. Certains passages m’ont d’ailleurs paru difficiles à comprendre, du fait de l’évolution du langage depuis le XVIIème siècle, (même si dans la quasi-totalité des cas, l’auteur s’était assuré de la clarté des citations, pour une novice telle que moi, ce français légèrement daté était dur à saisir dans ses subtilités).

En résumé, j'ai bien aimé ce livre, mais je ne l'aurai jamais lu pour le plaisir...  

Publié dans Essais

Commenter cet article