En attendant Godot, Beckett

Publié le par Guenièvre

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv67791370.jpg         Farce métaphysique, 'En attendant Godot' tend vers le non-sens de l'attente d'une quelconque révélation. L'homme est seul, irrémédiablement, et c'est dans la démarche dramaturgique que Beckett cherche à donner un sens à l'existence.

 

         Mon avis: Il y a assez longtemps j'avais étudié un extrait de cette pièce. Les dernières lignes, en fait. Celles-ci m'avaient donné envie de découvrir l'oeuvre dans son intégralité à cause des sentiments qui s'en dégageaient...

Après avoir pris mon temps, donc, j'ai acheté le livre sur un coup de tête. Le premier des éditions de minuit à entrer dans ma bibliothèque. Et après l'avoir lu, je dois dire que je ne sais pas du tout quoi en penser. Toute la pièce correspondait à l'extrait que j'avais lu. Les premières lignes m'ont suffi pour me souvenir que Beckett appartient au courant absurde. A partir de là, tout est dit.

Les répétitions sont très présentes, avec des répliques sans queue ni tête (particulièrement quand Lucky "pense"). On retrouve une boucle sans fin: l'action se limite à attendre Godot (oui, le titre résume très bien la pièce... Au sens propre: vous connaissez toute l'action, toutes les péripéties en ayant lu ces trois mots). J'ai été surprise par l'absence de sentiments... A un moment, l'un des deux protagonistes déclare que "faire semblant de vivre" est la seule chose qui aide à faire passer le temps. C'est dire s'ils sont optimistes... 

J'ai bien aimé la façon de parler des personnages: lente, épuisée, lasse... Mais au bout d'un moment, leur état d'esprit déteignait sur moi et tout cela devenait fatiguant.

Et après avoir fini cette lecture, je peux dire que je n'ai pas aimé. J'ai trouvé ça un peu fade, sans grand intérêt. Cela dit, je dois souligner qu'il est probable que je n'ai pas tout compris, que je n'ai pas saisi toute l'importance des mots prononcés. Je ne peux pas non plus me déclarer déçue: j'ai lu la pièce par simple curiosité, et après avoir lu Rhinocéros de Eugène Ionesco, je ne peux pas non plus me dire surprise... Non, c'est juste que je ne m'attendais pas à ce que ce soit... aussi absurde.

Publié dans Classiques

Commenter cet article