Amphitryon, Molière

Publié le par Guenièvre

Amphitryon-Moliere.jpg         Synopsis: Le dieu Jupiter est amoureux. Mais comment séduire la fidèle Alcmène ? En prenant les traits de son mari Amphitryon, bien sûr ! Mercure, le serviteur de Jupiter, se fera passer pour le valet Sosie. Mais voici qu'Amphitryon et Sosie reviennent de la guerre... Quiproquos, malentendus, rebondissements, Molière manie la fantaisie mythologique avec brio, tout en laissant transparaître quelques zones d'ombre dans cette comédie : l'angoisse devant la perte d'identité ou l'amertume face à l'abus de pouvoir...

 

         Mon avis: Il apparaît tout de suite évident que Molière s'est inspiré de la pièce de Plaute... Le début est vraiment tout à fait semblable, à tel point que j'avais l'impression de lire une traduction...

On retrouve la même organisation de l'action: au début, chaque scène de la pièce de Molière correspond à une partie de celle de l'auteur latin. Les personnages sont les mêmes, quelques gags ont été remis au goût de l'époque... D'ailleurs, j'ai un peu plus adhéré à l'humour du XVIIème siècle. Puis, des différences apparaissent (comme avec le couple de valets).

Au début, les vers m'ont paru très simples. Et puis en avançant dans la pièce, je me suis aperçue qu'on pouvait percevoir les différences de caractère des personnages seulement à travers ces vers: Sosie, valet d'Amphitryon, parlait effectivement de manière peu recherchée, au de-là de la forme versifiée, bien sûr. Jupiter me semblait pompeux, avec un rythme solennel, très lent. Alcmène, inquiète éternelle, avec d'innombrables questions et alarmes... Tout cela est donc en fait très subtil!

L'intrigue est beaucoup plus développée, approfondie, que dans la version de Plaute. On s'attarde aussi plus sur les émotions des personnages: l'amour entre Alcmène et son mari est de première importance: il explique la douleur d'Amphitryon en apprenant qu'il a été trompé. Cela étoffe beaucoup la pièce. D'ailleurs, j'avais une impression de déjà vu en lisant tout le vocabulaire des amants et de l'honneur...

J'ai trouvé que le comique gagnait beaucoup par rapport à la pièce de Plaute grâce à l'ajout du couple d'esclaves, Sosie avec Cléanthis. On retrouvait ainsi tous les éléments "traditionnels" de la comédie du XVIIIème siècle.

En résumé, je suis contente d'avoir lu cette pièce: elle m'a plu et était intéressante. Mais elle ne restera certainement pas inoubliable.  

 

J'ajouterai qu'il est amusant de penser qu'actuellement, on reproche à un livre la moindre similitude qu'il pourrait avoir (dans l'esprit de ses lecteurs) avec une autre oeuvre... Si les auteurs tels que Molière s'étaient préoccupés de ce genre de choses, notre littérature serait deux fois moins riche. Ma prochaine lecture sera Amphitryon 38 de Giraudoux, la 38ème version du mythe.

Publié dans Classiques

Commenter cet article