12 hommes en colère

Publié le par Guenièvre

         Un film de 1957, réalisé par Sydney Lumet, selon un scénario de Reginald Rose. Le rôle principal est tenu par Henry Fonda.

 

 douze_hommes_en_colere.jpg       Synopsis: Un jeune homme est jugé pour avoir tué son père. Tout l'accuse: l'arme du crime lui appartient, plusieurs de ses voisins témoignent en sa défaveur, et le défunt, violent, le maltraitait depuis plusieurs années. Pour 11 des jurés, sa culpabilité ne fait aucun doute, et ce sera la peine de mort. Pourtant, le douzième d'entre eux est incertain, et refuse de se ranger à l'avis de ses pairs. Cela suffit pour entamer un débat houleux.

Un grand plaidoyer en faveur d’un des principes fondamentaux du droit tel qu’on le conçoit aujourd’hui : la présomption d’innocence.

 

          Mon avis: Un très beau film classique qui était non pas dans ma Pile de livres A Lire, mais dans ma Pile de films A Voir. Je connaissais déjà sa trame grâce à une pièce de théâtre du même nom à laquelle j’ai assisté il y a un moment… J'ai même retrouvé exactement tous mes souvenirs de celle-ci à travers ce film (à ce détail près que ce dernier n'est pas en couleur, bien sûr).

J’ai été un peu déçue par le manque de mobilité… J’aurai dû m’y attendre ; des jurés ne peuvent délibérer que coupés du monde enfermés dans une pièce. Mais je pensais que toutes les réflexions, les débats, seraient alimentés de reconstitutions, de flash-back, enfin de quelque chose qui change un peu de cette éternelle salle de réunion. Cela n’a pas été le cas, et je me dis que le format théâtral est plus adapté à cette histoire.

La manière de filmer était tout à fait pertinente : chaque juré avait le droit à un plan rapproché lorsqu’il parlait. La succession des éléments de cette contre-enquête se faisait ainsi logiquement, avec fluidité. Cela mettait aussi en relief le fait que ces jurés n’étaient après tout que des hommes, pouvant se tromper et sujets à des revirements. Ce sont des personnes qu’il faut convaincre, en comptant avec leurs émotions personnelles. Il y a plusieurs illustrations, comme le vieillard ou encore le dernier à changer d’avis.

Les acteurs sont tous très bons, ils jouent leur rôle, pourtant compliqués, avec sensibilité.

Bref un film mémorable pour son fond, de qualité sur la forme… J’ai bien aimé et je suis contente de l’avoir vu, ne serait-ce que pour ma culture personnelle. En outre, je trouve passionnant le débat qu'il ouvre sur la justice: sa faillibilité, mais aussi ses qualités.

 

 

12-hommes-en-colere.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article